test

Les cérémonies religieuses dans le monde

Mariage_étranger_mag_diffceremonrelig_picto

En plus du mariage civil, le seul valable au regard de la loi, il est possible de célébrer son union selon le rite de sa conviction religieuse. One Day Somewhere vous fait faire un petit tour d’horizon des cérémonies religieuses les plus communes.

La cérémonie de mariage catholique. La cérémonie se déroule en général à l’église, sous la condition que l’un des deux époux soit catholique, baptisé et qu’aucun n’est été marié à l’église précédemment, sauf dérogation, et a le statut d’un sacrement. L’entrée suit un ordre bien défini, les mariés séparément. Durant la cérémonie, diverses lectures sont effectuées par le prêtre, les mariés et leurs invités. Le couple échange ensuite son consentement et peut enfin s’embrasser. Après un moment de recueillement et la bénédiction du prêtre, les mariés échangent leurs alliances puis récitent une prière rédigée par leurs soins avec l’aide du prêtre, et ce dernier leur transmet finalement la bénédiction nuptiale. Une quête peut avoir lieu, suivie de la lecture de la prière universelle, de la communion et de la bénédiction finale. Il ne reste plus aux mariés et leurs témoins qu’à signer le registre et à laisser le photographe de mariage immortaliser la sortie de l’église. La cérémonie de mariage orthodoxe. Le mariage orthodoxe est l'un des 7 sacrements de l'Église orthodoxe ; ce n'est donc pas la simple bénédiction d'une union. Le mariage orthodoxe est un mariage religieux qui a lieu, comme pour le mariage catholique, après le mariage à la mairie. L'homme et la femme sont unis devant Dieu, ils vivent dans l'amour mutuel et la vie commune de la famille chrétienne. L'office du mariage orthodoxe est la reconnaissance officielle par l'église de l'unité du couple. L’office des fiançailles est un élément central et clé du mariage orthodoxe. Ce sont les fiançailles qui annoncent le début de la cérémonie. Le prêtre demande aux fiancés d'exprimer leur consentement puis vient la bénédiction et l'échange des alliances. Le prêtre passe ensuite un anneau d'or au doigt du fiancé et un anneau d'argent au doigt de la fiancée. Ensuite, c'est un ami du jeune couple qui échange les anneaux. Vient ensuite l’office du couronnement qui est le signe sacramentel du mariage orthodoxe. Les jeunes mariés entrent dans la nef avec le prêtre, ils portent chacun un cierge allumé. Un ruban unit les cierges. Une couronne est tenue au-dessus de la tête de chacun des mariés par un invité. En revanche, c'est le prêtre qui couronne les mariés. Vient ensuite la lecture de deux textes du Nouveau Testament. Les jeunes mariés boivent une coupe de vin offerte par le prêtre. Le jeune couple guidé par le prêtre fait trois fois le tour de l'autel, main dans la main. C'est l'endroit où sont déposés les évangiles. Pour conclure, les mariés vénèrent les icônes et s'embrassent l'un l'autre. Bon à savoir : le mariage orthodoxe est impossible avec une personne non baptisée. En revanche, une nouvelle cérémonie peut avoir lieu pour les divorcés même si, pour les orthodoxes, le mariage ne doit pas être rompu. La cérémonie de mariage protestante. Contrairement au mariage catholique, le mariage protestant est considéré comme une bénédiction et non pas un sacrement, durant lequel le couple s’engage, entre autre, à se témoigner respect et fidélité. Il n'est donc pas indispensable que les deux membres du couple soient protestants, et le divorce ne représente pas un empêchement. Le type de cérémonie varie selon la profession de foi. Dans tous les cas, l’essentiel du programme est le même : les mariés font leur entrée ensemble, suivis du cortège. Leur union est bénie par le pasteur, qui leur rappelle les valeurs fondatrices du mariage. S’ensuivent diverses lectures bibliques, chants et prières. Le pasteur délivre ensuite un message aux mariés, qui échangent leur consentement puis quittent le temple munis d’une Bible reçue en cadeau. La cérémonie de mariage juive. Le mariage est considéré comme un acte fondamental permettant l’épanouissement du couple. Les deux mariés doivent être juifs et le divorce n’est pas un obstacle, à condition de respecter le délai de viduité. Le mariage juif se déroule généralement dans une synagogue et est souvent précédé d’une soirée du henné, du bain purificateur de la mariée, d’une visite à la synagogue et parfois d’un jeûne. Les futurs mariés arrivent séparément sous le dais nuptial. Après la lecture de la bénédiction des fiançailles, les mariés boivent un verre de vin béni. Le marié passe l’alliance de son épouse à son index et le rabbin procède à la lecture de l’acte de mariage qui sera signé par les mariés. Après le partage d’un deuxième verre de vin et la lecture des bénédictions a lieu le bris du verre, qui clos la cérémonie.

 

La cérémonie de mariage musulmane. Le mariage musulman est un contrat passé librement entre un homme et une femme qui s'engagent à s'apporter amour et protection. Il peut avoir lieu après un précédant divorce à condition de respecter le délai prescrit, et entre un homme musulman et une femme d’une autre religion monothéiste, mais pas le contraire. La cérémonie se déroule dans une mosquée ou chez les parents de la mariée. Après la cérémonie du henné ayant lieu la veille, les hommes se retrouvent dans une pièce séparée avec l’Imam qui récite une allocution. La mariée y est représentée par son tuteur (père, frère ou oncle), qui consent pour elle au mariage. L'Imam lit ensuite quelques versets du Coran, puis les hommes retrouvent les femmes dans l’autre pièce et il est procédé à l'échange des alliances, après quoi sont dites des invocations en faveur des mariés. La cérémonie de mariage hindou. Le mariage hindou est un mariage religieux considéré comme sacré, et diffère de beaucoup des autres cérémonies religieuses. Les us et coutumes du mariage hindou se transmettent de génération en génération et font partie des traditions ancestrales de la culture indienne. L'hindouisme considère le mariage comme sacré. C'est à la fois l'union d'un homme et d'une femme pour fonder une famille, et l'alliance entre deux familles. Contrairement à l'occident, le mariage hindou reste un mariage arrangé entre deux familles. La cérémonie religieuse dure de 1 à 12 jours. Plus le mariage hindou est fastueux, plus les familles se hissent dans la société. Les parents font souvent appel à leur réseau d'amis, leur famille ou à des entremetteuses pour trouver le conjoint idéal. Une fois le couple choisit, une rencontre aura lieu entre les deux familles. Le couple présumé sera choisi au sein d'une même caste. La rencontre des deux familles s'appelle « nichayadartham ». Ce jour-là est abordé le montant de la dot qui est fournie par la famille de la mariée à la famille du futur marié. Lors de cette réunion, la famille fera aussi appel à un voyant qui évaluera la compatibilité du couple. Si celui-ci correspond aux critères décidés par le voyant, la date et l'heure de la cérémonie seront fixées en fonction des astres. Ces derniers sont souvent favorables entre mai-juin et novembre-février. Les coutumes et le cérémonial diffèrent quelque peu selon les régions et les pays, néanmoins, on retrouve les mêmes rites de base. La cérémonie de mariage hindou nommé kalianon suit un rituel sacré qui est dicté par les vedas (textes sacrés). Le thirumam désigne la cérémonie de mariage. Les mariés sont vêtus de vêtements traditionnels qui varient selon les régions, et fabriqués spécialement pour l'occasion. Le marié porte un vêti blanc avec un chandail blanc et un chapeau de mariage. La mariée est habillée d'un sari rouge et de bijoux traditionnels. La cérémonie du mariage hindou se déroule en plusieurs étapes durant lesquelles le futur époux offre une bague en or au frère (tholan) de la future mariée qui l'accompagne ensuite jusqu'au lieu de la cérémonie (manavarai). Le prêtre commence un rituel qui dure plusieurs heures, la mariée arrive accompagnée de sa famille et de sa sœur (la tholi). L'union des deux époux est scellée par le prêtre suite à une bénédiction orale. Les invités lancent des fleurs sur les mariés. Le thâli, collier jaune orné de deux pièces d'or, représente la prospérité des deux familles. C'est le tholan et la tholi qui font bénir celui-ci par les invités. Le marié le met ensuite au cou de la mariée. Ensuite, l'époux appose un point rouge (poddu) sur le front de son épouse pour sceller leur union. Les époux procèdent à l'échange de leurs colliers de fleurs. Les jeunes mariés tournent 7 fois autour d'un feu sacré pendant lesquels ils invoquent les dieux pour qu'ils bénissent leur couple. Les époux prient pour la paix, la fidélité, une vie longue et heureuse. Le mari passe la bague (minji) autour de l'orteil de la mariée, elle fait de même avec le metti. Les deux bagues sont ensuite plongées dans un récipient d'eau et les mariés doivent ensuite les retrouver en plongeant leurs mains dans l'eau. L'objectif de ce rituel est de créer des liens entre les époux. Le mauvais œil (arathi) est ensuite conjuré par des personnes âgées (les grands-mères). Pour recevoir leur bénédiction, les mariés se prosternent aux pieds du prêtre et des parents. Les invités les bénissent ensuite avec du riz (le thiru pootuthal). Les cadeaux des deux familles sont remis aux mariés, c'est le kalyana vevu et le mama. Enfin, un repas servi aux invités clôture la cérémonie, il est nommé kaichi utrrudal.

A découvrir aussi

http-__le-tour-du-monde-en-80-mariages.com3

Les démarches administratives pour se marier à l’étranger

Les ambassadeurs et les consuls de France exercent les fonctions d’officier de l’état civil dans les limites prévues par la…

Mariage_étranger_mag_handfasting_picto

Le Handfasting

La cérémonie du Handfasting est une ancienne tradition celtique symbolisant l’union de deux personnes en leur liant les mains avec…

Donnez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée

Commentaires

  • 19 septembre 2014

    Jeanne

    dit :

    Bonjour,

    Mon futur mari et moi souhaiterions un mariage à l’étranger (de préférence sur une île mais d’autres idées pourraient aussi nous plaire) et voudrions nous marier religieusement. Le problème est que je suis catholique et lui protestant. Est-ce que, si nous faisons appel à vous, vous pourrez trouver un prêtre et un pasteur qui accepteraient de faire une cérémonie commune et ce quelque soit le lieu choisi ?

    Merci d’avance de votre retour.

    • 19 septembre 2014

      One day somewhere

      dit :

      Bonjour Jeanne,
      Le mariage simultané entre deux communautés religieuses est tout à fait possible à condition de trouver des représentants religieux consentants.
      Nous l’avons déjà organisé en Grèce par exemple.
      Bien sur, il y a des pays ou cette cérémonie sera impossible à organiser.
      Emma

  • 19 janvier 2015

    Sandra

    dit :

    Je rêve de me marier en Inde ! Qu’est-ce que vous pourriez me proposer ?

  • 19 janvier 2015

    One Day somewhere

    dit :

    Bonjour Sandra,

    Vous avez tout à fait raison, l’Inde se caractérise par la découverte d’une civilisation millénaire et une histoire riche. L’Inde celle des princes, des temples, des sâdhus et des palais Moghols. Une terre exotique imprégnée de culture et d’histoire qui se distinguent et se ressentent dans son paysage insolite. L’Inde, pays immense, de la taille d’un continent est une mosaïque de peuples, de cultures et de traditions.
    C’est la première demande que nous recevons pour ce magnifique pays, mais c’est un plaisir et si cette demande devenait effective, elle nous permettrait de travailler avec nos partenaires situés en thailande qui font énormément d’échanges avec l’Inde qui est leur principal client.
    Je reste à votre disposition si vous avez des questions plus précises car l’Inde est un pays tellement vaste et multiculturel que chaque région a ses différences contraintes.
    Emma